Objectifs et missions

 

Objectifs et missions

356 Partages
Expérimentations

A travers cette page, nous souhaitons communiquer autour de l’intérêt des JARDINS-FORÊTS, en nous appuyant sur nos essais réalisés depuis 8 ans dans un lieu recelant des centaines de cultivars et d’espèces issues de familles végétales variées. Cet espace, s’inspirant des agrojardins tropicaux étagés, luxuriants et offrants la meilleure productivité possible, conduira à une production diversifiée : fruits plus ou moins connus, baies, noix, huiles, feuillages comestibles, totum médicinal, graines, fibres végétales, aromatiques, couplés à un stockage de carbone et une très forte création humique. Ce jardin-forêt se compose donc, en plus de fruitiers traditionnels, de spécimens comestibles de la flore tempérée d’Asie ou d’Amérique voire de Patagonie. Également des montagnes de Nouvelle-Zélande recelant des ligneux (arbres ou arbustes), des lianes et des herbacés alimentaires et /ou utilitaires, médicinales de lumière ou de pleine ombre.

Quelques voies d’expérimentation de la Forêt Gourmande :

• Utilisation de nouvelles espèces ligneuses en vue d’affronter les dérèglements climatiques à venir

• Recherche/ test de nouvelles sources de nourriture plus adaptée à nos besoins physiologiques, pour contrer l’avancée des maladies de civilisation.

• Expérimenter sur la phytosociologie, la synergie des plantes, sur la résilience des écosystèmes alimentaires par rapport aux systèmes agricoles hérités du néolithique ou de l’ère industrielle.

• Acclimatation / expérimentation d’espèces alimentaires en limite de rusticité. (Ex :Flore tempérée de l’hémisphère Sud)

• Recherche d’harmonie et d’esthétisme associée à une grande richesse biologique (Plusieurs centaines d’espèces présentes)

⦁ Observation d’une pédogénèse accélérée, par l’émondage annuel d’essences Architecturales, Fertilisantes et Ingénieurs (aulnes, érables, frênes, chênes, bouleaux…). Plantées à très haute densité parmi le reste des plantations, les tailles successives fourniront rapidement une large nécromasse ligneuse dans le système, à l’image des processus à la base de la vie des forêts primaire.

⦁ Promouvoir des techniques de « low maintenance » offrant luxuriance, liberté et providence. ⦁ S’amuser et contempler.

Promotion des Jardins-forêts

L’association Forêt Gourmande s’investit pour diffuser les connaissances et rendre accessible à tous la technique des jardins-forêts en climat tempéré. Pour ce faire, l’association développe l’aspect pédagogique à travers :

– une signalétique du lieu et des visites commentées.

– des formations.

– des conférences, selon les propositions, possiblement dans tout l’hexagone.

– la participation à des salons.

– la recherche de pédagogies alternatives et l’accueil de classe dès l’an prochain à travers des ateliers de découverte. Toutes ces voies d’exploration répondent à nos aspirations de transmission. Pour un monde vert et bienveillant!

Biodiversité

– conservatoire de potagères (4000 souches) et d’essences ligneuses alimentaires (2000 espèces et variétés d’arbres, buissons et lianes comestibles, médicinales ou utilitaires).

– création d’une pépinière éthique et permacole pour diffuser des espèces rares et stratégiques pour jardin-forêt.

– travail complémentaire avec les essences natives européennes.

– observations, comptages, protection de la faune sauvage. (insectes, mollusques, urodèles, mammifères, oiseaux…)

Militantisme

La forêt Gourmande est aussi, et avant tout peut être, une forêt militante! L’endroit cherche à être une pépinière d’idées, un espace boisé de réflexions, de créations, d’études, d’essais, d’expérimentations pour changer nos regards sur le monde, sur nous-mêmes, sur nos sociétés industrielles et prédatrices, tout en régénérant les sols et en protégeant le vivant. Par la création de jardins-forêts, à la campagne comme dans les villes, nous pouvons, tous ensemble, reforester de manière intelligente et créative, en utilisant des espèces stratégiques et pérennes pour produire notre nourriture. Et ces techniques agroforestières, à la fois si anciennes et si modernes, comme de solides rouages vertueux, créent l’abondance, tout en permettant de vivre en harmonie avec les autres espèces. En outre, contrairement à nos croyances collectives de l’ère industrialisée, nous faisons partie intégrante de la nature et avons un rôle écologique bienfaiteur et majeur à jouer. Nous pouvons redevenir les gardiennes et gardiens de la biosphère, à l’image des peuples premiers de climat tropicaux ou tempérés…Dans les combats écologiques et géopolitiques à mener, les plantes et le savoir des peuples premiers sont d’ailleurs nos meilleurs alliés. C’est donc tout naturellement à eux et à toutes les générations à venir que nos travaux et nos essais sont dédiés!

356 Partages

Les débuts…

Avant de devenir un jardin-forêt de 2.5 hectares structuré d’espaces ouverts, de sentiers, de haies, de clairières, la Forêt Gourmande n’était tour à tour qu’un pré à chevaux ou une parcelle de fauche. Les premières plantations ont commencé en 2010, à même une simple prairie rase, dénudée, pâturée et dont la structure limoneuse était fortement compactée par le passage de sabots et d’engins agricoles. Ici, comme dans toute agriculture paysanne d’ailleurs, pour nourrir le sol, le régénérer, le protéger, il nous a fallu miser sur : – l’utilisation et la restitution de matières organiques locales (pailles, feuilles mortes, crottin, fumiers, bouses, aiguilles de conifères, compost, BRF, bois mort, rémanents, ligneux caduques…), – de fertilisants naturels (urines, levain forestier, thés de compost de Elaine Ingham…) – l’implantation de plantes amélioratrices (consoudes, aulnes, Elaeagnaceaes…) – des techniques respectueuses du sol incluant le non-labour et la plantation directe. Et c’est ainsi que l’humus, clé universelle de la pédogénèse, a permis de relancer la vitalité du système.

Cresta Facebook Messenger
356 Partages
Partagez356
Tweetez