Le genre Berberis, riche d’environ 500 espèces, regroupe des arbustes caduques ou persistants de 1 à 5 m de hauteur originaires de diverses régions du monde, établis naturellement dans des paysages de broussailles des deux hémisphères.

En France, Berberis vulgaris, l’épine-vinette a été fréquemment éradiquée, en cause : son rôle d’hôte intermédiaire dans le cycle de la rouille noire du blé, un champignon pathogène des céréales. Elle s’est cependant maintenue dans les zones de coteaux calcaires d’une grande moitié nord de la France où l’on peut récolter ses petites baies, appréciées séchées jusqu’en Iran où elles portent le nom de zereshk.

La caractère épineux des Berbéris leur permet de former de très bonnes haies défensives contre les intrusions animales ou humaines et leurs petits fruits sont appréciés des oiseaux. Moult Berberis produisent des fruits comestibles, plus ou moins acides et charnus selon les espèces. Les plus utilisées pour la récolte sont Berberis vulgaris, aggregata, aristata, buxifolia, asiatica, lycium, darwinii, koreana… A cet effet, un peigne à fruits, fonctionnant sur nombre de berbéris (aussi utilisé pour les myrtilles) s’avère nécessaire pour récolter ces derniers en quantité. Mellifères et médicinales, ces plantes faciles à cultiver offrent aussi une teinture jaune tirée de leur écorce et de leurs racines.

Cresta Facebook Messenger
1.06K Partages
Partagez1.06K
Tweetez
+1