Résultat après séchage à plat (méthode chinoise) , de quoi se régaler aussi!

Le kaki séché est une gourmandise hivernale typique en Asie, offerte et mangée notamment pour le nouvel An. On prépare donc les fruits à la fin de l’automne pour pouvoir les déguster pendant les fêtes. Pour cela il faut : des kakis mûrs mais pas blets, astringents ou non, puisque toutes les variétés se prêtent à cette préparation. Après épluchage, on passe une ficelle au ras des pièces florales séchées ornant toujours le kaki (cf photos de kaki suspendus). On pourrait les faire sécher à plat sur une grille, voire coupés en morceaux dans un dessiccateur mais la technique nippone qui préconise de les sécher suspendus n’est-t-elle pas féerique? Pour cela toutefois, la complication réside dans le fait de trouver un lieu chaud et sec, au dessus d’un poêle par exemple dans les régions de plaine. En montagne où les jours sont ensoleillés et secs, les guirlandes de kakis peuvent même sécher dehors, à l’abri d’une avancée.
Laissez-les se transformer, il n’y a rien à faire à part surveiller. Après deux à trois semaines, ils vont changer d’apparence mais pour l’obtention de kakis séchés, il faudra encore patienter. À partir de ce stade, un massage de temps à autre des fruits est conseillé, massage durant lequel on les fait doucement rouler sous les doigts. La chair va se densifier jour après jour et le sucre commencer à se cristalliser. En moyenne comptez 1 mois et demi depuis l’épluchage pour en arriver là. Quand la chair ne roule plus sous vos doigts, vos kakis séchés sont fin prêts ! Un délice pour la nouvelle d’année.

Cresta Facebook Messenger
1 Partages
Partagez1
Tweetez