D’un point de vue purement structurel, la création d’espaces ouverts et de trouées lumineuses dans une agroforêt permet de:
-créer une nouvelle niche écologique
-cultiver des annuelles héliophiles nécessitant chaleur et soleil comme bien des potagères (carottes, tomates…)
-implanter un point d’eau pour enrichir le système en accueillant une flore et une faune aquatique.

En plus de l’aspect esthétique et des services écosystémiques rendus, une mare offre aussi la possibilité de cultiver des plantes aquatiques ou hygrophiles alimentaires.
-d’aménager une petite aire de repos, de jeux, de pic-nic où peuvent s’exprimer la détente et la créativité en un lieu ensoleillé, en complément, pourquoi pas, d’un aménagement similaire en zone ombragée afin de profiter des deux ambiances selon l’humeur et l’époque de l’année.
-Enfin, pareil espace permet d’introduire des végétaux en limite d’aire de rusticité, l’atmosphère de la clairière étant différente du reste du Jardin-Forêt grâce aux rayons solaires plus intenses et à l’effet coupe-vent conservé.
Conception réfléchie:
Elle se fait en tenant compte de la hauteur qu’auront les arbres (ou arbustes) adultes en bordure de clairière et dont les tailles recherchées seront différentes selon la lisière considérée.

-En effet la lisière nord est celle qui comportera les arbres les plus élevés (cf dessin naïf) pour protéger des vents septentrionaux et parce qu’ils ne projetteront pas d’ombre dans la trouée.
-La lisière de l’Est arrête une partie de la lumière matinale quand le soleil est encore bas, que les températures sont fraîches et donc que la photosynthèse est ralentie. Cette lisière peut donc comporter des arbres relativement grands, d’autant qu’elle gardera un ombrage protecteur quand, certains matins d’hiver, un soleil trop virulent après une nuit glacée pourrait endommager, par contraste thermique trop brusque, les tissus végétaux encore gelés. (situation qui peut se présenter par exemple chez les persistants comme les camellias utilisés pour la récolte de thé.)
-La lisière de l’Ouest au contraire, contiendra des essences de petites tailles, arbustives, pour améliorer la quantité de lumière reçue en soirée, quand les températures sont chaudes et que la photosynthèse est à son optimum.
-Au Sud de la clairière, la lisière comportera des arbres de taille basse, mesurée ou haute selon que l’endroit considéré aura besoin d’être embrassé ou non par les rayonnements de midi, forcément les plus chauds.
L’utilisation de caduques ou de persistants n’aura pas les mêmes répercussions automnales et hivernales sur le biotope et une implantation panachée ne pourra que parfaire la complexité du système multi-étagé.

Ce petit texte, loin de vouloir enfermer le lecteur dans des recommandations, n’est qu’un point de départ à repenser en fonction des paramètres individuels de chaque terrain (incluant le climat, les vents dominants, la taille du terrain, la géographie, les caractéristiques des plantes cultivées…), le reste du travail de réalisation s’en remettant à l’intuition, à l’expérimentation, aux connaissances, à la sagesse et à la magie créatrice de chaque planteur-penseur de Jardin-Forêt!

0 Partages
Cresta Facebook Messenger
0 Partages
Partagez
Tweetez