On constate sur la première photo, autour du pied mère, les pousses printanières d’Allium ursinum issues de semis spontanés. Les plantes d’origine, implantées adultes dans l’agroforêt deux ans auparavant ont fleuri et grainé abondamment lors des deux étés derniers et maintenant, l’espèce commence peu à peu à s’implanter d’elle-même, trouvant dans un jardin-forêt les conditions de son biotope primaire (cf publication sur Allium ursinum.)

 

Dans quelques années, nous espérons avoir, par endroits, des parterres d’ail des ours sur le terrain et n’avoir ensuite plus qu’à récolter. C’est un bon exemple de « low maintenance », c’est à dire de système très efficient basé sur l’utilisation de plantes pérennes et où, passées les premières années de travail pour constituer le paysage comestible, il ne reste plus ensuite qu’un travail de taille pour les arbres, arbustes et les grosses récoltes à effectuer. La nature, parvenue à une imitation de son climax, travaille pour nous car nous l’avons comprise et avons travaillé avec elle. Adieu alors semis, désherbage, arrosage, lutte contre les limaces et bonjour abondance et chaises-longues!!

0 Partages
Cresta Facebook Messenger
0 Partages
Partagez
Tweetez