Morus alba est un arbre caduque prisé en Chine depuis 3000 ans pour l’élevage des vers à soie, et pour nourrir la carpe herbivore dans ce qui était le système le plus complexe d’intensification de l’agriculture préindustrielle: les digues à mûriers en Chine du Sud. (un système hyper-performant mêlant aquaculture, sériciculture, production de fruits et légumes, riziculture, élevage de volailles, de cochons et où l’étang et la plate-forme de culture étaient autant d’unités de productions intégrées, permettant un recyclage parfait de chaque sous-produits tout en offrant des rendements bien supérieurs à ce qu’ils auraient été si chaque élément avait été déconnecté des autres)

  


De la famille des Moracées, le mûrier blanc montre de belles feuilles cordiformes et des fruits blancs nombreux, juteux, très sucrés, riches en resvératrol, un puissant antioxydant trouvé aussi dans le raisin. Le fruit, désormais connu dans les étals bio, peut se faire sécher. Il en existe des centaines de cultivars dont un certain nombre se trouve à la très intéressante pépinière Cochet, où figurent aussi des variétés de Morus nigra, rubra, multicaulis, de même usage que le mûrier blanc.

 


Sensible aux fortes gelées dans sa jeunesse, l’arbre se montre très vite extrêmement rustique. Appréciant les climats viticoles, c’est un arbre fruitier qui mérite d’être planté.

Partagez
Tweetez